Selon un rapport publié par Équiterre, la fuite de capital liée à l’achat de pétrole s’élevait à 9,4 milliards en 2015[1] et les achats du secteur automobile en représentaient les deux tiers. Électrifier les parcs automobiles québécois permettrait d’améliorer la balance commerciale du Québec en réduisant l’importation de pétrole. Puisque l’électricité utilisée par les voitures électriques est produite au Québec, l’argent dépensé en énergie est entièrement réinvesti dans la province. Au final, si 1 % des voitures à essence du Québec étaient remplacées par des véhicules électriques, ce ne serait pas moins de 140 M$ qui serait réinjecté dans l’économie locale[2]. L’achat de bornes de recharge produites par des fabricants québécois peut aussi supporter l’économie de la province.